L’inquiétante dérive libérale de la France

10 mai 1981 : Victoire de François Mitterrand à la Présidentielle et arrivée au pouvoir du Parti Socialiste allié au Parti Communiste. Presque 2 ans d’une politique sociale qui redonnait du baume au cœur du peuple français. Et puis… Intervient la parenthèse de la rigueur, ouverte en 1983 et qui ne s’est jamais refermée. Un virage libéral inscrit dans un contexte de dérive généralisée des politiques « sociales-démocrates » européennes vers le « social-libéralisme », qui a mené à la situation actuelle : d’extrême tension sociale et de défiance du système politique jamais vue jusque-là, sans doute depuis la révolution de 89… 1789 !

En 2017, 34 ans après ce virage, Emmanuel Macron n’est que la poursuite de cette dérive libérale du Parti Socialiste vers sa droite, la même dérive qu’ont connue les Anglais avec Tony Blair et les Allemands avec Gerhard Schröder sur le dogme de la pensée unique : « il n’y a pas d’autre politique possible », sous-entendu « que celle de se soumettre aux règles du libéralisme ».

Petits rappels succincts de la politique de M. Macron :

  • Loi Macron : plafonnement des indemnités à verser aux salariés lors d’un licenciement abusif,
  • Loi Travail (dite El Khomri, mais dont M. Macron est à l’origine) : inversion de la hiérarchie des normes sociales et réduction jusqu’à 10% du paiement des heures supplémentaires,
  • Et aujourd’hui dans son programme : plan de réduction des dépenses (plan d’austérité) de 60 milliards d’euros, suppression de 125 000 postes dans la fonction publique, sortie de tous les produits financiers de l’impôt de solidarité sur la fortune, etc., etc.

Tous les ralliements actuels de socialistes à Emmanuel Macron, déjà concrétisés, en instance de l’être ou de ceux qui sont tentés, mais n’osent pas le faire par peur de perdre leur « poste », sont bien le signe qu’il y a belle lurette que le Parti Socialiste est « gangrené » par le dogme du libéralisme et de la pensée unique.

Et c’est tout simplement la preuve que depuis 2012, François Hollande et tous ses sbires ont poursuivi la politique déjà mise en œuvre pendant la décennie précédente, par les différents gouvernements de droite.

Emmanuel Macron est donc naturellement rejoint par les socialistes qui estimaient que la politique menée par F. Hollande était la bonne, voire n’allait pas encore suffisamment loin dans ce libéralisme social et économique et la politique de l’offre.

De nombreux Français déclarent ne plus vouloir de ces recettes, issues du libéralisme anglo-saxon… Alors, soit les sondeurs se trompent (ou nous trompent), soit les Français sont prêts à recommencer, pour les yeux bleus d’un candidat.

Sur ce constat, je souhaite adresser un message à tous les électeurs de gauche (car il en reste en France et ils sont encore nombreux !), ainsi qu’à tous les déçus de ce « misérable quinquennat » qui se termine dans une lente agonie législative et une grande cassure du parti d’Epinay : la seule candidature qui vous représente aujourd’hui, qui est soutenue par un mouvement fédéré autour d’un programme social, solidaire et écologique, c’est celle de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise. Lisez le programme, posez-nous les questions que vous souhaitez, mais agissez, surtout agissez, et ne vous laissez pas faire, ne vous laissez pas endoctriner par les sondeurs et la pensée unique ! Sinon, vous prenez le risque de ne rien changer et de repartir sur un nouveau quinquennat identique à tous les précédents…

http://www.lepoint.fr/presidentielle/macron-pret-a-integrer-le-drian-dans-son-equipe-09-03-2017-2110640_3121.php#xtor=CS3-190