La France insoumise ou bien la coalition libérale : Quel choix de société voulons-nous ?

quel-choix-de-societe-v2

Malgré un très bon score, à 600 000 voix près, la France insoumise n’a pas pu accéder au second tour de la présidentielle. Une véritable adhésion s’est effectuée autour de notre programme « l’Avenir en commun », en particulier dans les territoires plus ruraux où le Front national à commencé à reculer. Dans notre circonscription, nous sommes arrivés en 2e position avec 21,3% des voix.

Aujourd’hui, c’est le 3e tour qui s’annonce, celui des Législatives. Face à nous, outre le projet de la peur et du rejet, nous trouvons ce que nous pourrons appeler la « grande coalition libérale ».

Trois candidates, de trois camps différents (LR, La République En Marche, PS) avec cependant la même volonté et le même projet de fond : la continuation de la politique néo-libérale imposée par l’Europe depuis plus de 20 ans.

Coralie Dubost est désormais la candidate pour « La République en Marche ! », le parti lancé par Emmanuel Macron, dans notre 3e circonscription. Issue du monde des grandes écoles de commerce et des startups, son projet est avant tout orienté sur la libéralisation de l’économie et le recul des services publics, plus que sur la défense des territoires. Tout comme dans la campagne présidentielle et dans le premier gouvernement de M. Macron, le mot « écologie » se fond complètement dans un « greenwashing » économique pour disparaître totalement.

Catherine Dardé, elle, a été investie par les Républicains sur cette 3e circonscription. Elle n’est pas nouvelle dans la vie politique locale, puisqu’elle est adjointe au maire de Castelnau-le-Lez, Jean-Pierre Grand, en plus d’avoir été nommée par Philippe Saurel vice-présidente de la Métropole.

S’affichant dans le courant juppéiste du parti Les Républicains, Mme Dardé se montre aussi très proche de personnalités soutenant le nouveau Président, tel que le maire de Montpellier.

Enfin, la députée sortante, Fanny Dombre-Coste, étiquetée PS, a été le soutien de François Hollande tout au long de ce quinquennat, et a voté l’ensemble des lois : Pacte budgétaire européen, CICE, Pacte de responsabilité, loi Touraine sur la santé… Elle s’est abstenue à chaque motion de censure lors de l’emploi du 49.3 sur les lois Macron et El-Khomri. Enfin, elle participa au « détricotage » de la loi « Consommation » de Benoît Hamon, sur demande du 1er Ministre Manuel Valls, en remettant un rapport à M. Macron début 2015, alors Ministre de l’Economie. Et aujourd’hui, le PS est en train d’étudier la façon de s’entendre avec le parti de M. Macron et sur la façon de participer à la future majorité présidentielle.

Nous voulons empêcher cela.

Dans ce nouveau paysage politique qui a émergé lors de la présidentielle, que nous reste-t-il donc comme choix, si nous ne voulons pas du projet identitaire du repli sur soi, projet qui ne résoudra pas les problèmes de la vie quotidienne des gens.

Quel projet de société voulons-nous pour la France ?

Un projet de société libéral et « austéritaire » ? où seule une partie de la société, suffisamment protégée par son milieu et son statut social s’en sortira et pourra vivre dignement, en pouvant continuer de se soigner normalement et de se nourrir sainement ? Voter pour l’un des 3 candidats Républicains, En Marche ou Socialiste, revient aujourd’hui à voter pour ce projet libéral.

Ou alors voulons-nous un projet de société humaniste, social et écologiquement responsable ? Pour cela, il ne reste en lice que le projet de la France Insoumise et son programme « L’avenir en commun », porté par ses candidats Stéphane Vidal et Marie Moncada, aux Législatives.

Alors, les 11 et 18 juin, pensez aux gens qui sont dans la difficulté, à ceux qui souffrent, à ceux qui n’ont pas les moyens de se loger correctement, pensez au monde que vous voulez laisser à vos enfants, et votez pour la France insoumise.