Budget 2018 : C’est Noël avant l’heure pour les 0,5% les plus riches !

Illustration_article_ISF_Noel pour les riches_v2

Pour commencer, en préambule de ce post, un petit mot d’excuse pour mes fidèles lecteurs. Le planning des travailleurs « fainéants » ne permet pas toujours de suivre le rythme effréné de l’actualité. Il est des périodes où l’on ne peut être aussi présent qu’on le voudrait. J’essaierai de faire de mon mieux dans les mois à venir…

Budget 2018 : C’est Noël avant l’heure pour les 0,5% les plus riches !

Après une rentrée parlementaire agitée par les manifestations contre les ordonnances « Travail », et contre lesquelles le combat ne fait que commencer, est déjà arrivée l’heure des débats sur le premier budget de l’ère Macron avec le projet de loi de finances 2018.

Dans la droite lignée des ordonnances, inscrites dans une ligne politique libérale et austéritaire qui accentue les efforts demandés aux salariés et aux personnes vivant déjà dans la précarité, le budget 2018 prévoit « en même temps » de distribuer avant l’heure les cadeaux de Noël des 330 000 personnes les plus riches de France, qui représentent 0,5% de la population.

ISF, la goutte d’eau qui déborde dans la majorité ?

Aujourd’hui, qui paie l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) en France ? Un peu plus de 300 000 personnes, dont le patrimoine global (immobilier, actions et autres produits financiers et biens de luxe) dépasse 1,3 Million d’Euros.

Le projet de Loi de Finance 2018 prévoit de sortir tous les produits financiers et biens de luxe du patrimoine imposé, pour ne laisser dans celui-ci que le patrimoine immobilier. Seules les personnes possédant un patrimoine immobilier supérieur à 1,3 million d’euros seront donc imposées. On imagine donc bien déjà qu’une partie des anciens contributeurs à l’ISF en seront désormais exonérées dès 2018. L’estimation donnée par M. Le Maire est de 150 000 futurs contributeurs.

Mais surtout, les principaux contributeurs vont voir leur impôt allégé d’un coup de plusieurs centaines de milliers d’euros chacun. En effet, le patrimoine du 1% des français les plus riches est constitué à plus de 95% de valeurs mobilières (actions et produits financiers). Le Premier Ministre lui-même a déclaré que le gouvernement allait rendre aux 1000 plus importants contributeurs à l’ISF 400 millions d’euros (soit une moyenne de 400 000 euros chacun dès 2018). Tiens ! 400 millions d’euros c’est exactement le montant repris aux français qui touchent des APL, en abaissant leur allocation de 5€… de là à dire qu’on prend aux pauvres pour donner aux riches…

La majorité parlementaire a tenu « pour compenser » à augmenter un certain nombre de taxes sur la consommation de certains biens de luxe… Mais d’abord, il s’agit d’une taxe de consommation, qui ne se paie donc qu’une seule fois à l’achat (et non chaque année comme un impôt sur le patrimoine) et en plus, ces taxes supplémentaires doivent rapporter, selon le chef de file des députés LREM à l’assemblée, environ 50 millions d’euros au total, alors que la réforme de l’ISF rapportera au total aux « possédants » de ce pays 3,2 milliards d’euros.

Et comme si cela ne suffisait pas de « liquider » le seul impôt sur le patrimoine, le gouvernement ajoute à cette loi de finance 2018 la création d’un Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30% pour les revenus issus du capital, la fameuse « flat tax », incluant bien entendu les 17,2% (15,5% + 1,7% d’augmentation de CSG) des prélèvements sociaux. Ce qui signifie en réalité que les revenus des capitaux, que possèdent ces mêmes 300 000 personnes les plus riches de France, seront moins imposés que la 1ère tranche d’imposition de l’impôt sur le revenu (12,8% contre 14% pour la 1ère tranche des salaires imposables). Encore 1,5 milliard d’euros de cadeau fiscal de plus fait aux plus riches !

Alors un certain nombre de voix s’élèvent aujourd’hui pour critiquer le Président des Riches… plutôt à gauche bien sûr, la droite étant un peu gênée car, en fait, favorable à ces politiques libérales. Mais je rappelle à tout le monde que tout cela était peu ou prou déjà présent au moment de la campagne présidentielle. Certains n’ont peut-être pas voulu croire que M. Macron favoriserait autant que cela les riches, en dégradant la condition des travailleurs et des moins aisés de ce pays, mais c’était bien le fond de la politique qu’il souhaitait déjà mettre en œuvre. Et le seul projet alternatif de société est toujours le même, celui de L’avenir en commun, pour une société plus juste, plus égalitaire, plus solidaire. Je crois que c’est bon de le rappeler de temps en temps…

Alors, histoire de prendre à contre-pied tous ces opposants qui commencent à se faire entendre sur cette « présidence des riches », M. Macron a déclaré qu’il ne croyait pas à la théorie du ruissellement… Je serai tenté de lui dire, bien venu au club ! Mais celui-ci nous a emballé tout ça dans une histoire « abracadabrantesque » de premier de cordée qui ferait dévisser tout le monde si on le taxait trop… bref, un enrobage de ruissellement qui se finit en dégringolade rhétorique qui ne tient pas debout !

Aujourd’hui, même au sein de la majorité parlementaire, quelques (rares) voix s’élèvent pour remettre en cause ce choix… Mais ces députés iront-ils jusqu’à la « fronde » ? On peut parier qu’un simple rappel à l’ordre de Jupiter les fera vite rentrer dans le rang…


Stéphane Vidal

Sources :

Articles de Marianne :

https://www.marianne.net/economie/rendre-400-millions-d-euros-aux-100-francais-les-plus-riches-5-euros-d-apl-par-mois

https://www.marianne.net/politique/suppression-de-l-isf-les-taxes-sur-les-biens-de-luxe-rapporteront-15-des-recettes-perdues

 

Article du Monde :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/27/budget-2018-ce-qu-emmanuel-macron-n-avait-pas-dit-dans-son-programme_5192355_4355770.html