STOP au « Service Public Bashing » : Défendez vos Services Publics !

Illustration_article_Défendez vos services publics

Le 22 mars 1968 fut, avec le mouvement des enragés à la faculté de Nanterre, le déclenchement d’événements qui allaient durer plusieurs mois, jusqu’à leur apogée avec une grève générale en mai 68. Cette révolution de Mai 68 marquera en France, la deuxième moitié du 20ème siècle.

Aujourd’hui, jeudi 22 mars, 50 ans après, l’ensemble des Syndicats de la fonction publique, ainsi que ceux de la SNCF, ont appelé à une grève massive et manifestent pour protester et répondre de manière forte à une offensive sans précédent portée contre les fonctionnaires et le Service Public, par un gouvernement qui n’a en tête, comme objectif, que la baisse des dépenses publiques, son seul horizon politique et économique.

Un mouvement d’ampleur s’est levé aujourd’hui

Environ 140 manifestations ont été organisées en France aujourd’hui avec une forte mobilisation. Plusieurs centaines de milliers de manifestants partout en France. Ici, à Montpellier, nous étions plus de 10 000 ! Cela fait longtemps que nous n’avions pas senti un vent de révolte souffler ainsi sur la ville. Et ce vent-là semble commencer à souffler sur tout le pays. Les Français commencent à sentir qu’ils doivent défendre leurs services publics et leurs acquis sociaux remis en cause par cette politique destructrice que mène à marche forcée M. Macron et son gouvernement libéral.

M. Macron et son mouvement savent parfaitement à qui profite cette politique et je pense que la plupart des français-es sont en train de le comprendre. C’est bien entendu aux plus riches de ce pays, à l’oligarchie financière qui possède la majeure partie des capitaux des grandes entreprises françaises mais aussi des médias.

Hors, les français-es doivent aussi se rendre compte, à un moment donné, que les intérêts de cette oligarchie, cette « classe dominante » sont à l’opposé de leurs propres intérêts. L’intérêt de la France n’est pas l’intérêt de quelques-uns, c’est l’intérêt de tous. En cela, le Service Public en est l’exemple parfait.

Mais pourquoi défendre les Services Publics ?

Quand je parle du Service Public, c’est au sens large du terme : la Santé (Sécurité Sociale, hôpitaux, EHPAD…), qui ne cessent de dénoncer les conditions affreuses avec lesquelles les personnels sont obligés de traiter les patients et les personnes âgées, l’Enseignement et en particulier l’école primaire qui se bat chaque jour contre la fermeture de classes dans les campagnes, la Police et la Justice, qui n’ont plus les moyens, mêmes techniques, de faire leur travail dans des conditions correctes, le transport ferroviaire (SNCF, RATP), la Poste, etc. Et cela ne va pas s’arrêter là visiblement, avec le plan social de suppression de 120 000 fonctionnaires d’ici la fin du mandat de M. Macron.

Parmi les services publics, c’est aujourd’hui à la SNCF de subir une charge comme jamais elle n’a subi. Et s’en prendre à la SNCF, ce n’est pas n’importe quoi, c’est s’en prendre à pilier de la République, c’est s’en prendre à tous les français !

Depuis près d’un mois, c’est sur la base d’intox sur les prétendus « privilèges » des cheminots et des accusations totalement illégitimes sur l’origine de la dette de 50 milliards d’euros qui pèse sur la société que se focalise le débat, afin de créer de la rancœur entre les français-es de conditions modestes, de les dresser les uns contre les autres. Les accusations portées par le gouvernement et relayées par les médias ne servent qu’à une seule chose : casser le pilier social de la République française que constitue la SNCF et permettre l’ouverture des chemins de fer français vers la privatisation et la concurrence, quitte à supprimer des lignes, détériorer le service, augmenter les prix pour les usagers et accentuer la désertification de nombreux territoires ruraux. Mais j’y reviendrai dans un prochain article.

Toutes ces attaques du gouvernement libéral contre nos acquis sociaux et nos Services Publics et la fréquence débridée, avec laquelle elles ont lieu depuis près d’un an maintenant, montrent que l’oligarchie est pressée de casser ce système social français, qui gène le Marché. Cela suffit ! Disons STOP au « Service Public Bashing » ! Défendons nos Services Publics !


 

Stéphane Vidal